Kongo dia Ntotila

Fondée au 13ème siècle par l’indomptable Ne–Nimi Lukeni, le royaume Kongo connut une première pénétration européenne En 1482 par le portugais Don Diego Cao, membre de l’ordre du Christ du Prince Henry le Navigateur . Des documents historiques stipulent que ce dernier était à la recherche d’une route pour les indes, pourtant certains murmurent que les explorateurs portugais de l’ordre du Christ (une branche de la franc-maçonnerie) étaient en possession d’un miroir à travers lequel ils ont découvert la plupart des terres. Donc de la même manière que les rois mages découvrirent la naissance du Christ par une étoile, c’est aussi de la même manière que les explorateurs portugais découvrirent le royaume Kongo sur lequel brillait une très grande étoile. Les portugais furent surpris et étonnés de l’organisation sociale et politique de ce royaume et surtout du raffinement de la cour du roi.

Le royaume Kongo établira une relation avec le Portugal, cette relation débouchera à des échanges commerciaux. Le Kongo reçoit des produits manufacturés, tandis que le Portugal importe des esclaves et des denrées exotiques, ensuite le Portugal imposera sa religion, le christianisme, en envoyant des missionnaires, alors que les Kongos croyaient déjà en un Dieu, Nzambi-A-Mpungu. En réalité les Kongo croyaient en une trinité qui forme un, à savoir Lukankansi, Dieu suprême du ciel, Nzambi, Dieu de la terre, Kalunga Dieu des eaux et des choses cachés comme on dit chez les catholiques, le père le fils et le saint esprit.

En imposant le christianisme au Kongo, les portugais commencèrent à détruire les coutumes ancestrales, disons mieux les enseignements divins transmis par les ancêtres depuis des siècles. Selon Le Professeur Come Kinata , Maitre-Assistant d’histoire à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville

“la christianisation ne fut qu’un fourrier du colonialisme, les missionnaires portugais ne furent que les vrais artisans de la colonisation européenne qui débouchait sur la traite négrière afin d’agrandir le commerce de leurs pays et préparer la source de nouvelles richesses”.

Les missionnaires, particulièrement les capucins, qui sont les pionniers de la christianisation du royaume Kongo, furent tout puissant à la cour du Mani Kongo, Le Père Bernardo Da Gallo fut conseiller du Mani Kongo, le Roi Pedro IV ; il était en quelque sorte son directeur de cabinet. Il contrôlait le pouvoir royal. Bernardo da Gallo fut un grand bastionner et un brûleur de village, se comportant comme un vrai colon.

La traite négrière instaurée par les blancs va opérer une gigantesque ponction démographique et déstabilisera considérablement les entités politiques et la société Kongo. L’arrivée des blancs ’aurait été que le début d’une ruine économique et social. Plusieurs chefs de province se disputèrent le pouvoir pendant trois décennies. En 1694, Le roi Pedro IV pourtant légitimé et reconnu par l’ensemble des dignitaires se retirera au nord de Sao Salvador, laissant la ville à l’abandon. C’est dans un climat de souffrance et de désordre social qu’à la fin de l’année 1703 à Kibenga, une vielle femme au nom de Mama Apolonia Mafuta eu une vision de Marie, mère de Jésus, elle alla annoncer à la population de sa vision de la vierge marie “j’ai vu la vierge marie, et son fils Jésus , ils sont noirs , ils sont entourées de saint noirs, (voir aussi dans www.jesusmafa.com) et que Jésus était fâché contre les Kongos, il était en voie de punir les Kongos, s’ils n’occupaient pas la ville de Sao Salvador.

La vielle Mafuta découvrit une pierre en forme de tête humaine non loin du mont Kibangou, elle s’est dit que c’était la tête de Jésus. Pendant qu’elle prêchait, une grande foule l’entourait. Elle dénonçait la sorcellerie et tous les objets négatifs ou “Nkisi”. Il est à noter qu’à cette époque de l’église chrétienne des blancs était appelée par les Kongos “Nzo a Nkisi” et la bible “Nkanda Nkisi”. Mama Mafuta considérait aussi Nkisi les médailles apporter par les prêtres blancs. Elle n’était pas seulement chrétienne, mais aussi contre la sorcellerie Kongo utilisée à des fins maléfiques qui avaient pour corollaire la jalousie, la guerre civile. Mama Mafuta avait considéré la croix des prêtres capucins comme étant un objet pour la domination des blancs sur le royaume. Pour elle, la croix et les images du Christ blanc constituaient un fétiche très puissant utilisé par les missionnaires.

Mama Mafuta avait opéré des miracles. Une fois elle avait guéri une femme d’une morsure de serpent rien qu’en la touchant et en récitant le nom de la trinité à savoir Lukankasi, Nzambi et Kalunga. Les prêtres capucins approchèrent le roi Pedro IV et lui mirent la pression d’arrêter Mafuta et de la livrer aux prêtres blancs pour vérifier sa doctrine. En fait, l’on cherchait un moyen pour l’éliminer car elle menaçait l’église des blancs qui contrôlait le pouvoir royal.

En août 1704, une jeune fille de 20 ans nommé Kimpa Vita (Tchimpa Vita ou Kimpa M’vita) eut une vision d’un homme qui lui dit : « Je suis Saint Antoine, j’ai été envoyé par Dieu pour apporter son enseignement aux Kongos. J’ai longtemps essayé de venir en aide à ce peuple, allant de province en province, j’ai d’abord été à Nzeto, mais ils ne m’ont pas bien reçu. Ensuite je suis allé à Soyo, ils ont voulu me battre. J’ai fui et je suis arrivé à Bula, la même chose m’est arrivée. Actuellement, j’essaie ici à Kibangou et je t’ai choisie ensuite ». Saint Antoine pris possession du corps de la jeune Kimpa Vita, cette jeune fille était originaire du Mont Kibangou arrosé par 5 rivières.

Selon la tradition Kongo, l’endroit où coule une rivière est un endroit sacré, car il constitue la frontière entre le monde réel et le monde invisible (la forêt et les chutes d’eau aussi). La jeune Kimpa Vita fut une Nganga Marinda, prêtresse traditionnelle ou initiée de la société secrète “Kimpasi”. Initiée très jeune, elle abdiqua bien après. La société “Kimpasi” avait pour mission de délivrer les gens des forces du mal à travers des cérémonies d’exorcisme appelées “Mbumba Kindonga”. Pour les missionnaires, la société Kimpasi fut une société secrète de sorcellerie et la plupart de leurs temples qui se trouvaient dans la foret furent détruits par les capucins, illustrés par, le Père Luca Da Caltanissetta et le Père Marcelino d’Atri. La société Kimpasi insinuait que les capucins étaient des sorciers. Selon le professeur John Thorton, historien de l’université de Pennsylvanie, “Les Capucins avait le pouvoir de détecter quelqu’un qui était Ndoki”( chon thorax, te Congestion saint Anthony, p73, Cambridge université presse 1998) les capucins étaient également à mesure d’anéantir le kindoki. Le père Juan de Rosa dans la ville de Mbwela fut accusé d’avoir ensorcelé la duchesse Kongo Dona Inès et sa sœur. Cette affaire engendra une grande palabre et fut étouffée par les capucins.

Le père Marcelino d’Atri passait une grande partie de son temps sur le mont Kibangou qui était un endroit sacré pour les Kongos. Chaque année, les populations avoisinantes jetaient des offrandes dans la rivière Mbidizi. Les missionnaires considéraient ces offrandes comme des cérémonies païennes auxquelles il fallait mettre un terme. Certains voyaient par là une façon pour les missionnaires de vouloir s’accaparer du pouvoir spirituel du mont Kibangou. D’ailleurs, une très grande pierre appelée “Lunsuzi” s’y trouvait. Cette pierre fut détruite par les missionnaires alors que les autochtones la considéraient comme étant une protection. En Écosse par exemple, jadis les rois étaient couronnés sur une pierre appelée la pierre de la destinée, qui selon la tradition Écossaise, octroyait au nouveau roi le pouvoir de la gouvernance.

Kimpa Vita, possédée par l’esprit de saint Antoine, annonça à sa famille, sa vision. Elle leur fera ensuite part de l’ordre divin qu’elle avait reçu : celui de prêcher la vraie religion des Né-Kongo. Kimpa Vita commença par prêcher sur le mont Kibangou, la montagne sacrée et ensuite elle se dirigera vers le palais royal pour demander au roi Pedro IV de se joindre à elle pour pouvoir prier le vrai jésus afin de restaurer le royaume gangrené par la guerre, des dissensions et des déchirures sociales.

Selon le père Bernardo da Gallo,

“Les arbres tordus ou tombes se sont redressées au passage de Kimpa Vita et les portes de l’enceinte de la palissade entourant le palais du roi se sont ouvertes d’elles même, repoussées par des mains invisibles”.

Nous avons aussi des saints au Kongo, dit-elle. On happe avidement chacune des miettes tombées de sa main, on lèche avec dévotion les gouttes d’eau, chues de sa calebasse paysanne. On sait que d’un simple attouchement, la jeune femme rend fécond les ventres stériles. Kimpa Vita dit que les blancs ont blanchi Dieu pour leur profit, elle dit qu’un nouveau royaume va naître, vous devez reconstruire la ville, relever les maisons.

Kimpa Vita, a illuminé son entourage par sa foi et ses prières. Ses cérémonies étaient ponctuées d’incantations, prière, transes (en kikongo Kimpeve) et contorsions, prédications et chants divers “Salve, Sao Antonio ! Ave Maria”.

Kimpa Vita avait dit que la terre sainte est le Kongo, les pères de église était des africains et que saint Antoine est le plus important de tous les saints, il est le patron des humbles et des démunis. Kimpa Vita avait également confirmé les enseignements de Mama Mafuta, la première à avoir vu la vierge Marie sur la terre kongo. Les enseignements des capucins selon lesquelles l’église était originaire d’Europe et que le père d’église était des blancs était donc erronées, était du “Bungungu”. L’histoire d’église est une histoire africaine, une histoire Kongo. Jésus Christ est née à Mbanza Kongo. Quand le catéchisme parle de Bethlehem, c’est Mbanza Kongo. Jésus était baptisé à Nazareth, mais en réalité jésus était baptisé au Nord de la province de NSundi. Marie était une esclave de Nzimba Mpangui quand elle avait enfanté le divin enfant Jésus Christ.

Kimpa Vita était toujours entourée d’une foule immense. Le Père Bernardo De Gallo avait revendiqué le mérite de 80 milles conversions par Kimpa Vita. Même Dona Maria Hipolita, l’épouse du roi Pedro IV, était aussi ralliée au Bundu Dia Mama Kimpa Vita. Kimpa Vita était décidée à restaurer le royaume Kongo. Son message était un cri « M’lolo » pour le rassemblement pour la renaissance du royaume. Selon elle, l’homme blanc était originaire d’une pierre en argile appelée Fuma en kikongo et les hommes noirs sont originaire d’un arbre appelé Munsanda. L’arbre et la forêt sont des symboles du monde invisible, et les esprits des ancêtres vivent dans des lacs et les océans « Nsimbi ». L’écorce de l’arbre Munsanda était la matière avec laquelle on avait enveloppé Jésus à sa naissance et que toute personne qui sera habillée de cette écorce du Munsanda ne recevra la bénédiction de Nzambi–a-Mpungu. Tous les adeptes de Kimpa Vita furent vêtus d’habits faits de l’écorce du Munsanda. Selon toujours Kimpa Vita, l’arbre connu sous le nom de Takula, dont l’écorce produit une sève rouge, est le sang de Jésus qui pouvait transformer la vie.

Mama Kimpa M’vita, a prêché à Lemba, Mbanza Kongo (Sao Salvador), Mulumbi, Evululu, Mbuli, Nsuka, Malemba (Royaume de Ngoyo, un vassal du royaume Kongo). Ses disciples ont prêché à Luvota (Province de Mbamba), à Mbanza Soyo, à Nzeto, Nsukulu, Matari Nzolo et Nkusu Nzonzo.

Le père Bernardo Da Gallo, tout puissant a la cour du roi n’appréciât pas les déviations du dogme chrétien, pour lui les antoniens menaçait la foi, pour Kimpa Vita, le père Bernardo da gallo était un jaloux, un Ndoki. Beaucoup d’autochtones avaient abandonné église des blancs, Kimpa Vita avait acquis un prestige qui menaçait celui des missionnaires, Kimpa Vita, ipso facto était devenue une menace considérable qui pouvait conduire à la chute d’église, la défaite de la théologie chrétienne donc la perte du contrôle du royaume par les missionnaires, il fallait trouver une astuce pour éliminer. Les missionnaires finiront par trouver l’astuce quand elle tombera enceinte dit –on de son fidèle compagnon et enfantera un garçon. Les capucins profiteront de cette occasion pour dénoncer l’imposture au conseil royal qui était d’ailleurs sous l’influence des missionnaires, selon le père Bernardo da Gallo dans son rapport envoyé à Rome, Mama Kimpa Vita fut juger selon la loi traditionnelle Kongo, pourtant selon la loi traditionnelle Kongo, la virginité n’est pas obligatoire avant le mariage et que dans la société Kongo une fille mère n’est pas rejeté, Kimpa Vita refusera d’abjurer publiquement ce que l’on avait qualifié d’erreur, dans un forum du site Kongo , un certain Mwana Lari s’est poser une question, reconnaitre un enfant et on a la vie sauve, tout le monde l’aurait fait si Kimpa Vita ne l’a pas fait c’est que cet enfant était pas d’elle , et qu’est ce qui empêchait Kimpa Vita de confier l’enfant a l’une des milliers de ses fidèles dévouées qui était prêt à faire la guerre pour elle ?”

Le conseil royal sous la présidence de Don Bernardo, le Vuzi a Nkanu, le grand juge, assiste du secrétaire royal Miguel de Castro prononcera la sentence de mort pour hérésie, crime de nature religieuse et mensonges, après un procès monter de toute pièce par les capucins.

Kimpa Vita fut conduit sur un grand bucher de la même manière que tous ceux qui 2 siècles avant avait contredit la doctrine de église catholique à savoir : Copernic, Galilée, Jean Hus, Tommaso Campanella, Giordano Bruno…, et aussi les dizaines d’intellectuels et de grand savants qui ont pourri dans les prisons du saint office ou exécuter sous les ordres du saint office, le tribunal de l’inquisition afin de garder le dogme du catholicisme intacte , protéger sa théologie donc préserver son pouvoir politique, social, pédagogique…, il fallait donc éliminer Kimpa Vita.

Kimpa m’vita fut exécuter le 2 juillet 1706, elle fut bruler sur un grand bucher, elle était morte avec le nom de Jésus en bouche, une grande étoile était apparue sur le lieu du sacrifice, après que son corps fut bruler, les cendres furent encore rebrulés et disperses dans un endroit inconnu pour que personne ne les utilises comme relique, les missionnaires exprimait par la, la forme la plus absolue de la méchanceté, ils confirmaient aussi l’étiquette que les avait attribués Kimpa Vita des vrais Ndokis , des véritables Nkadi a Mpembe.

Pour les Antoniens, la forme physique de saint Antoine n’existait plus mais son esprit demeurait et des rumeurs circulait que Kimpa Vita devait se réincarner quelque part au KONGO, d’ailleurs quelques jours après son exécution quelqu’un avait dit que l’on avait aperçu Kimpa Vita dans Mbanza Kongo.

En tout cas cette histoire de Mama Kimpa Vita que je viens de relater, je l’ai tiré des ouvrages d’européens qui ont été rédigé à partir des rapports des missionnaires capucins qui n’avait aucun intérêt a relater une histoire qui pouvait menacer leur dogme, ces rapports des missionnaires sont des récits établit pour justifier leurs crimes donc on y trouve que des miettes de vérités que j’ai essayé de soutirer , la véritable histoire de Kimpa Vita est connue de source orale qui date du 18 siècle et à travers les églises qui sont nées des siècles après sa mort dont celle de son éminence Simon Kimbangu, éminence Ddianguenda Kuntima, Simon Mpadi, à travers le kimbanguisme, l’église tokoiste du prophète Simao Tokaio qui parle de la négritude de Jésus Christ ou celle de Ngunza de tata Ntuadisi Antoine Ngoko qui lance le même cri pour le rassemblement » Mazinga M’lolo » lance par Kimpa vita depuis le 18 siècle pour la restauration du royaume Kongo.

En tout cas Mama Kimpa Vita a eu une influence très énorme après sa mort «la puissance de quelqu’un se mesure dans les signes qui suivent sa mort» ou encore comme le dit Marie, reine des Écossais «c’est en ma fin qu’est mon commencement», durant les guerres qui se sont déroules au royaume kongo au 18 siècle, beaucoup de prisonniers ont été vendus comme esclaves et nombreux étaient des Antoniens ( partisans du Bundu dia Mama Kimpa Vita) ces esclaves était exportes a partir du port de Kabinda ou Soyo ou les bateaux des anglais et des néerlandais qui dominait la traite venait s’approvisionner d’esclaves. Pour ces esclaves ne-kongo, le faites d’être transporter dans un bateau était vue comme un mystère, un voyage vers la mort parce que dans la cosmogonie Kongo, l’eau est le lieu où vivent les ancêtres, les morts, ces Kongo pensait être transporter dans l’univers des morts par les blancs, et la couleur blanche était d’ailleurs la couleur de la mort.

Selon le témoignage du père Lorenzo da Luca qui avait voyagé dans le navire « Nossa Senora Do Cabo «qui transportait des esclaves, arriver à Salvador (province de Bahia) au Brésil le 10 aout 1709, le père Lorenzo avait fait remarquer que beaucoup d’esclaves avait des médailles des antoniens (les premiers esclaves a arriver au Brésil fut également des Ne-Kongo en provenance de Kongo dia Ntotela en 1705), selon Johannes Menne Postma dans (the Dutch in the Atlantic Slave Trade, 1600-1815, appendix 1 cambridge university press 1990) des Kongo vendue comme esclave furent conduit au Surinam, en Jamaïque, Barbados, Antigua, en Virginie(usa) à Port York ensuite dans la river James Valley ou ces Kongo ont travailler dans des plantations de café et le plus grand nombres en Haïti, et en Caroline du sud(usa) et plu tard à la Nouvelle Orléans (Louisiane) ou ils avaient apporté avec eux leurs cultures et leur religion celle de Kimpa Vita pour la plupart d’entre eux.

L’historien américain Peter Wood dans (Negro in colonial South Carolina from 1670 through the stono rebelion (New –York 1974) stipule que plus de 60% D’ESCLAVES DE LA CAROLINE DU SUD ETAIT DES NE-KONGO, en 1739 les colons américains de la Caroline du Sud ou était concentres la plupart d’esclaves Kongo, parlait de la présence d’esclaves qui avait des qualités mystiques , des hommes mystérieux, qui avait la qualité de disparaitre mystiquement ou de se retrouver dans plusieurs endroits à la fois . Le professeur John Thorton de l’université de Pennsylvanie a d’ailleurs confirmer que tous les esclaves chrétiens de la caroline du sud était convertit au Kongo dans la religion catholique ensuite reconvertit dans elle de Kimpa Vita (cf John Thornton, the Congolese saint Anthony, chapitre 9, Cambridge University press 1998).

Le 9 septembre 1739, en caroline du sud un esclave Kongo connu par le nom de Jemmy était a la tête d’un soulèvement d’esclaves Ne-Kongo connu sur le nom «the stono rebellion of 9 september 1739» ce soulèvement est considérer comme le plus grand soulèvement d’esclaves dans toute l’histoire de l’Amérique du nord, un dimanche jour de repos a cote de la rivière Stono, situe à quelques kilomètres de la ville de Charleston, ces esclaves avait attaquer une cache d’armes, certains était des guerriers qui avait combattu dans la province de Mbamba et savait manier les armes, ils semèrent la terreur , brulèrent des maisons en criant «lukangu ou lucangu» un mot qui veut dire fermer, mais aussi libérer, réciter dans le salve Antonina une prière du Bundu de Kimpa Vita nous pouvons également découvrir le témoignage du professeur Margaret Washington, historienne de la Cornel University sur la page net suivante :

pbs.org/wgbh/aia/part1/1i3077.html

On peut également trouver cette page en utilisant Google ensuite écrire : Margareth Washington Stono révolution. Ces esclaves Ne –Kongo se réfugièrent ensuite en Floride ou les colons espagnol qui avait promis la liberté aux esclaves d’Amérique leurs donnèrent une terre en créant la ville de santa Teresa de Mose, la première ville des noirs libres dans toute l’histoire de l’Amérique du Nord, ces Ne-Kongo furent utilises également par les colons espagnol comme garde-frontière de la Floride (cf John Thornton, the Congolese saint Anthony, p212 Cambridge University press 1998, et aussi Michael Mullin, Africa in America : slave, acculturation and resistance in the American South and british Carribean 1736-1831, Urban and Chicago edition 1992, p43,p187))

C’est à partir de la révolution de Stono que les colons d’Amérique du nord ont cessé d’importer des esclaves Kongo on se tournant vers l’Afrique de l’ouest pendant presque une décennie. Pour ensuite reprendre avec les français qui emmenèrent des esclaves Kongo en Louisiane (à la Nouvelle Orléans).

Selon toujours le professeur John Thorton (dans the Congolese saint Anthony P213) la plupart des REVOLUTIONNAIRES HAITIENS de janvier 1804 furent des Ne-Kongo, le professeur John Thornton dans son ouvrage nous apprend (P213) que les Révolutionnaires Haïtiens chantaient en Kikongo « KANGA MUNDELE, KANGA NDOKI » des paroles que l’on retrouve également dans le salve Antonina une prière de Mama Kimpa Vita, il sied de souligner que les révolutionnaires Haïtiens avait infliger une défaite cuisante a l’armée Napoléonienne , la plus puissante de l’époque pendant cette période révolutionnaire d’Haïti on a beaucoup parler d’un certain Makandala, nom transformer par les occidentaux en Mack Dal ce fut un grand révolutionnaire d’origine Kongo, il avait exécuter un grand nombres de français, cette révolution donna naissance à la première république noire de l’histoire de l’humanité, ce sont aussi les Haïtiens qui ont aider Simon Bolivar dans sa lutte contre les Espagnols, c’est du port de Jacmel en Haïti que les troupes de Simon Bolivar s’élancèrent en 1816 vers les victoires et la libération du joug colonial Espagnol de 5 pays d’Amérique latine. le Voodoo d’Haïti que certain stipule qu’elle est la symbiose de la pratique traditionnelle Kongo, Yoruba du Nigéria, et Fons du Dahomey(Bénin), dans son folklore et sa pratique, on utilise souvent les Pakets Kongo, talisman en tissu pour la protection contre les forces négatives, on invoque les Nsimbi ( esprit des eaux que Kimpa Vita avait parler lors de ses prédications ) dans la musique traditionnelle d’Haïti on trouve également un rythme appeler YAYA TIKONGO et un tambour BONGA, les Kongo en Haïti sont concentres dans le nord .

En Jamaïque, la population noire est divisée en deux, la marrons nation et les Kongos nations ou bongo nation. Les marrons nations sont originaires de l’Afrique de l’ouest, ils parlent le Kromanti qui vient du Cormatin parlé au Ghana et de l’akan, Assante du Ghana les marrons nations sont concentres dans les « blue mountain » de la Jamaïque. Tandis que les Kongos nations ou Bongo nations sont concentrés dans l’est de la Jamaïque, ils parlent une langue très similaire au Kikongo et ils sont descendants des esclaves Kongo arriver en Jamaïque au 18 siècle le rythme musicale des Kongos nations de la Jamaïque s’appelle Kumina, ou Kodongo et leurs drums s’appelle Ngoma qu’ils utilisent pour invoquer les esprits des ancêtres leurs musique s’appellent Nyabinghi, les Kongo nation bien que plonger dans le universel negro catéchisme de Marcus Garvey un Jamaïcains originaire des marrons nations et aussi aux théorie du Jah rastafari Hailé Sélassié, ces derniers croyaient en la négritude de Jésus Christ comme les leurs ont lègues leurs ancêtres Kongo , qui eux ont acquis cette connaissance de Mama Kimpa Vita. Le musicien Jamaïcain Natty Kongo nous rappelle la tradition Kongo dans sa musique et ses tresses qu’il surnomme « Dreadlock Kongo »(www.congonattymusic.com).

Au Brésil, les premiers esclaves a arriver furent des Kongo en 1705, ces Kongo furent les premiers noirs a être en contact avec les indiens du Bara-tzil (terre de la croix, terre de la lumière selon les indiens), ces Kongo ont été cofondateur de la samba, la rumba, le maculele (l’un des plus grand musicien de la samba n’est autre qu’un Kongo connu sous le nom de Ernesto Joaquim Maria Dos Santos alias Donga et le groupe Oita Batutas, les Kongo du Brésil se sont illustrer dans tous les mouvements de lutte pour la liberté des noirs du brésil avec les Kongo connu sous le nom de Zumbi, le premier leader du mouvement de libération des noirs du Brésil l’un des pionniers des Quilombos (communautés indépendantes des noirs au Brésil fonder par les Kongo) sans oublier Besouro Manganga, manuel dos reis Machado alias mestre Bimba……

À Salvador la plus grande ville noir du Brésil, dans la province de Bahia, prédomine une religion appeler Candomblé qui est un mélange de la pratique spirituelle des esclaves Kongo et Yoruba du Nigéria. Cette religion est divise en deux. Le Gégé-Nago Candomblé base sur la tradition yoruba et le Caboclo candomblés (caboclo= caboclo de Aruanda, les indiens de Luanda) ou encore le Candomblés do Kongo, c’est une danse en honneur de Dieu et des Saints qui sont présentes comme étant des noirs, saint Francis etc, les praticiens du candomblés croyaient en la négritude de Jésus Christ, des pères de église.

Toujours au Brésil on parle aussi de la religion Umbanda, Quimbanda, dont l’origine est méconnue, certain parle d’une origine indienne mais d’autres stigmatise que umbanda vient du Kikongo Kumbanda, guérir avec l’aide des esprits les Zumbi un mot dérivé de Nsimbi les esprits des ancêtres qui vivent dans l’eau comme disait Mama Kimpa Vita, ces esprits sont Quilulo et muculo. Il est beaucoup pratique dans le sud du Brésil, on distingue aussi la religion Macumba dans laquelle on trouve quelques pratiques Kongo.

À Cuba, également les premiers esclaves arrivèrent d’abord en provenance d’Haïti en 1513, ensuite en 1520, 300 esclaves arrivèrent d’Afrique du KONGO d’abord pour travailler dans les mines d’or de Jaugua. Suivit d’autres arrivées en provenance du Kongo et plu tard de l’Afrique de l’ouest. Ensuite il y eu des mouvements révolutionnaires ou des esclaves s’enfuirent dans les montagnes de l’est de cuba ces fugitifs sont connu dans l’histoire de cuba comme Cimarrones ou Cimarrones Kongo, dans ces montagnes ils formèrent des communautés « Les Palenquens » au Brésil sa s’appellent Quilombos qui veut dire village en Kibumdu ou kikongo, cela a aussi existé chez les esclaves noir au Mexique, Venezuela et Colombie. On s’assemblant dans ces communautés ces Kongo de cuba ont continué leurs pratiques religieuse du Kongo dia Ntotela et c’est de ces Palenquens de cuba qu’est née le Palo Mayombe originaire du Kongo, elle est une façon de communiquer avec les esprits, l’arbre et la foret sont considérés comme des symbole du monde invisible comme chez Kimpa Vita, Dieu est appeler Nzambi et les esprits Enkisi, les esprits de la lumière ensambiet les esprits des ténèbres Ndoki, les adeptes males sont appeler Tata, et les adeptes femelles sont appeler YAYA, celui qui dirige le culte est appeler Tata Nganga.

Pendant la guerre d’indépendance de cuba ou guerre hispano-américaine ce sont également des noirs originaire du Kongo dia Ntotela qui se sont illustrer à savoir le légendaire “Grito de Yara” cri de Yara, Mariano Ganga, Domingo Macua, Felipe Macua, Mayimbe Jose Dolorès, Ambrosia Congo, Felipe Ganga, Lorenzo Ganga sans oublier ma Dolorès Iznaga l’esclave Ganga qui guérissait les esclaves traditionnellement.

Au Mexique, Venezuela, Colombie, Argentine, Surinam et au Barbados les communautés noirs pratique aussi le Palo Mayombe, qui a une connotation Kongo et des pratiques du Bundu dia Mama Kimpa Vita, dans l’histoire révolutionnaire des noirs du Mexique on a parlé d’un certain Gasfar Yanga et son fils Nanga, sur une page net il est écrit qu’ils étaient Gabonais et que son aide de camps était Angolais il s’appelait Francisco de la Matosa, peut-on parler de Ne-Kongo? Seul des recherches approfondies pourront le dire (utiliser Google et écrire Gaspar Yanga pour plus d’informations). Il est à noter que le Mexique a eu un président noir nommé Vicente Guerrero, commandant de l’armée du Mexique de 1823 à 1824 ensuite premier président noir du Mexique de 1829 à 1830, je ne connais pas ces origines peut être afro indienne car beaucoup d’esclaves se sont mixe avec les indiens pour donner une race afro-indienne, au Brésil par exemple beaucoup d’esclave Kongo se sont mixe avec des indiens.

“Mais toutes ces religions Afro–Américaine d’origine Ne-Kongo aujourd’hui se sont lancer sur un plan négative en perdant la coloration léguer par les esclaves du Kongo, on se mélanger avec les rituelles Yoruba, et celle du Bénin, des indiens ils sont de plus en plus pratiquer par le mal, elles sont devenu maléfique d’ailleurs aux Etats-Unis à New York, Los Angeles à la nouvelle Orléans en Louisiane et Miami, nombreux sont sujet de poursuites judiciaire pour crime à travers leur rituelles et le FBI mène une série d’enquête sur des pratiques criminel de ses adeptes accuses de sacrifice humains”.

Mes frères Kongolais je peux affirmer sans ambages et cela avec évidence que vous devez être fier d’avoir été les pionniers du plus grand soulèvement des esclaves dans toutes l’histoire de l’Amérique du nord “the Stono revolution of 9 september 1739” sous l’influence spirituelle de Mama Tchimpa M’vita.

Soyez également fier d’avoir été le pionnier de la révolution Haïtienne, vous Kongo vous avez participer à la formation de la première république noir de l’histoire de l’humanité sous l’influence spirituelle de Mama Tchimpa M’vita.

Vous avez été des pionniers du mouvement de libération des noirs au Brésil et à Cuba et il y avait toujours des traces des enseignement de Mama Tchimpa M’vita.

Et aussi Simon Kimbangu qui lutta contre l’église occidental au Congo Belge sous l’influence de Mama Tchimpa M’vita André Grenard Matsoua qui lutta également contre l’occupant français sous l’influence spirituelle de Mama Tchimpa M’vita.

Chantez comme nos frère Kongo d’Haïti “Kanga Mundele, Kanga Ndoki, pour la libération totale du noir de l’oppression blanche dont Mama Tchimpa M’vita a été une pionnière, elle est la mère de église des noir étant donné que son influence à continuer jusqu’au continent Américain, au sud comme au nord, mes frères cherchez à aller vers la mer pour être fidèle a votre source car c’est en allant vers la mer que le fleuve est fidèle à sa source.

Fonte: Le Front National Kongolais (FNK)

Add to Google

Bookmark and Share

OkNotizietutto blog PaperblogW3Counter

Questa voce è stata pubblicata in Aksanti e contrassegnata con , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Contrassegna il permalink.

Una risposta a  Kongo dia Ntotila

  1. je suis Chrisman KINOUANI,originaires de la Terre CONGO.Je suis très stupéfait des telles rédactions.que le Dieu Noir bénisse tous rédacteurs qui vienne confirmer ses messages parce que ce n’est que la vérité,rien que la vérité…Alors c’est bien beau de connaitre ses origines,mais n’oubliez pas l’information.Car la Révélation nous apprend le Christ doit revenir pour ainsi accomplir ce qui est scellé dans le Livre de l’Apocalypse.Aujourd’hui je vous apporte une nouvelle information,peuple du monde entier,sachez que le Christ dont la Bible nous parle qui viendra au temps de la fin(Jean16:13) nous était né depuis 1942 à MAKAKA,localité se trouvant au sud du Congo,dans la région du Pool.IL a été baptisé LOUFOUA CETIKOUABO Guy Emile.Portant un Nom de grande signification qui veut dire”la mort arrete toi là”.Ne serait-il pas l’accomplissement de ce qu’avait annoncé le Prophète Esaie(Esaie25:8).Loufoua Cetikouabo a réalisé bien des Merveilles dans sa jeunesse jusqu’à présent.parmi lesquelles je rélaterai en bref ses Messages dont voici quelques Vérités Divines de leur qu’Il a apporté au monde:IL est le Détenteur du Baton de Commandement de Dieu et aussi Dieu Lui a remis l’Arbre de la Vie Eternelle dans la nuit du 24 au 25/12/2006 à 02 heures du matin,Dieu l’a établit d’Eternité en Eternité sur Terre pour régné Eternellement,à case de Lui l’Etoile de David est venu s’implanter définitivement au Congo B/ville plus précisement à Kibossi Gare CFCO et plus exactement au Mont KARI-KARI la nouvelle Démeure de l’Eternel Dieu(apocalypse21:1-4)….bien d’autres choses à rapporter mais Guy Emile s’était révélé comme l’Esprit de Vérité promis par le Christ Jésus(Jean16:10-15) pour tous ceux qui voudront connaitre sa Personnalité.Aussi IL fait des multiples apparition dans le soleil et dans la lune.Pour toutes réactions joignez moi au mail: krisman_king@yahoo.fr

    Mi piace

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...